un dahu en Inde


Ma première expédition solo dans la jungle du centre ville


 

 

Mes deux compères lorrains envolés pour la France, il fallait bien un jour se décider à agrandir la zone d’introspection, au delà du quartier de Behala.

Armé de l’only planet et des quelques souvenirs de rares sorties précédentes, me voici donc en route pour le métropolitain… qui est loin d’être notre souterrain nauséabond parisien… et d’orientation bien plus aisée puisqu’il n’existe qu’une seule ligne qui relie le nord et le sud de la ville ; après quelques minutes de réflexion sur le sens de la route, j’obtiens un ticket que je prends bien garde de conserver car il fait office de bon d’entrée et de sortie (pratique finalement pour éviter les chasses gardées de contrôleurs…) ; les minutes d’attentes s’égrainent agréablement devant des prompteurs diffusant en boucle les classiques de Charlie Chaplin (idée à soumettre à la RATP…)…. Déjà le métro arrive et il faut vite se faufiler à l’intérieur… pour éviter toutes mégardes je reste debout… et oui, mesdames en Inde, dans tous les transports en commun des places vous sont réservées...

et soudain, une impression de déjà vécu… comme dans l’océan indien, un sentiment de solitude en me rendant vite compte… qu’il y a effectivement qu’un seul européen dans la rame surpeuplée.

  Heureusement le contact avec les indiens se crée rapidement par un simple regard… sérieux au départ ; puis je tente un sourire… 9 fois sur 10 un petit hochement de tête ravi et rigoleur m’attends au tournant… me voyant compter sur mes doigts et marmonner dans ma barbe, beaucoup comprennent vite que j’étudie les tablas… ça crée direct un rapprochement… plus besoin de grands discours…

Park Sreet, Centre Ville de Calcutta, 25 minutes + tard, je trouve rapidement l’objet de l’expédition, world music center, la FNAC indienne, et tous ces beaux CDs tous frais importés et détaxés, ou devrais je dire non taxés… les vendeurs un peu pot de colle veulent à tout pris me refourguer de la popdancelectoquitchindienne… j’arrive à sortir du magasin le dernier album de Radiohead sous le bras…

 

Et là, surprise ! le Mac Do indien ; je pourrais laisser croire un certain esprit d’analyse du totalitarisme américain sur le territoire mondial ; mais d’aventure, c’est surtout la gourmandise qui me fais commander le mac chicken maharaja, monstrueux bigmac version indienne… résultat du test : c encore moins bon qu’en France, le restau était blindé et bruyant… les autochtones apparemment friands de Ronaldketchup s’y rendent en groupe et je me rends compte que mon anglais est encore à améliorer quand deux étudiantes tentent d’entrer en contact avec moi (échec doublement peinant, du poulet coincé en + entre mes dents…)Le retour en metro se fera un peu plus long du fait d’avoir zappé ma station, et c’est finalement bien content que je retrouve le calme de notre quartier… c une chance de ne pas être logé au centre ville…

Sinon le thé de l’échoppe au bout de la rue est toujours aussi bon, je pense de plus en plus a rapatrier un p’tit toutou tout mignon qui squatte devant chez nous et j'ai un ordinateur dans ma chambre, je peux donc réciter mes rythmes en regardant des photos défiler… hésitez donc pas à m’en envoyer…

 

 


Albums photo : India Act 1&2 | India Act 3 (Nepal)


<- Page précédente | Page suivante ->