un dahu en Inde


Les nez pales?


 

Après l'hippique capitale de retrouvailles, les débuts et suite des aventures de 3 amis. Katmandou comme point de depart et l'étrange interpellation "hachich! hachich!" qui semble vouloir dire "bonjour! bonjour!"; Ali le globeroller (donc en patins à roullettes) coincé ici lui aussi sans son pote qui l'attend en Inde; l'étouffante pollution d'une ville noyée sous le gazoil de son parc automobile; le "shopping dream" de tout bon trekkeur qui veut se rhabiller en North face (made in Népal); la charmante politesse népalaise lors des échanges de main à main (le coude de la main droite élegamment soutenu par la main gauche); l'acquiessement des barbus à la croisée de notre Manu Boucu; mais aussi découvrir les jambes de Brigitte Bardot dans un poste de TV local... et partir tout ça en tête pour Pakhora/Pokhara et ses montagnes environnantes.

 


Allergiques d'altitudes s'abstenir... bienvenus sur le balcon des Annapurna! Impossible de vous épargner les 25782 marches menant aux 3210 metres du Poon Hill et son 360 degrés panoramiques (les lèvres dans le chocolat chaud vendu au sommet). 5 jours d'immersion dans les montagnes népalaises; 5 journées qui pourraient chacune servir de décor à un film...du genre: "le seigneur des Annes", "dahu dans la brume" ou "le combat ordinaire de Manu LeChonquet".

 

        

J1: Un premier jour de mise en marche qui permet à Manu de tester la têtetnique népalaise du port de sac; le 1er Dhal Bhat d'une longue série de Dhal Bhat; et une bonne biere brassée des eaux du mont Everest (digne d'une 3 boules chantilly de chez Lydie/Saorge/04)

 
J2: Une seconde étape qui vérifie l'adage "le chemin le +court d'un point A à un point B est la ligne droite" et la gentillesse d'une famille (pause n'62 entre Tirkhedunga et Ghorepani) qui nous propose de gouter les productions locales, bien légalement enracinnées sous l'écriteau présentoir de leur restaurant ("un sejour au Népal sans gouter la Marie Jeanne, ca serait comme aller à Munich sans boire de biere" Anne).

 


J3 et l'ascencion des 3211m86 de notre objectif du Paramount Nepal Picture et un massage sonore par le biais venteux de drapeaux de prières.

 

         


J4:"don't walk alone in the junggle" previent un panneau, nos premiers pas courbaturés le lendemain. Hormis quelques singes gris cascadeurs, il n'aurait pu apparaître qu'un gentil Baloo chantant:" il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux"! On a bien fait d'économiser les 170 euros d'un guide dispensable; les indications paysannes et le nombre de refuges cola-sponsorisés ne laissent que quelques rares doutes sur la voie à suivre " Namaste! tarapani? right! Ok! Namaste! 
Gandrung? left en bas des marches! Ok!" Step by step, on s'écroule rêveurs sur nos couches, dernier refuge à souvenirs avant une bonne nuit (sans klaxons ou ronflements du Gers).

 

   


J5: Dernier paragraphe de l'aventure, une journée en terrasses (encore des escaliers!) et l'impression de voler, larme à l'oeil, au dessus de la vallée; l'hallucinante croisée des chemins et du fameux Ali sans ses rollers mais avec son pote retrouvé; l'apero final "chez Didi" au café promontoir et l'ascension clownesque d'un arbre pour y suspendre entre deux branches notre drapeau'revoir: des mantras lorrains pour remercier le dieu Meth'e'eau de nous avoir été si clément! Du retour en camion stop au depart ce matin de mes 2 amis et complices, rien n'a suffit à nous faire descendre de nos monts et merveilles et je pense pouvoir affirmer au nom de nous 3 que cet trekking fut aussi humain que nature! Latcho drome a vous (tous) et a taratari!


     

 

 Anne+Manu=amour pour toujours avec Dahu!


Albums photo : India Act 1&2 | India Act 3 (Nepal)


<- Page précédente | Page suivante ->